La Nouvelle Tribune

Affaire «Ségub gate» : les avocats des inculpés interjettent appel contre la décision du tribunal

Espace membre

L’affaire « Ségub » qu’il convient d’appeler désormais « Ségub gate », relative à la mauvaise gestion présumée dans la filière véhicules d’occasion est loin de connaître son épilogue. Les avocats des trente (30) personnes inculpées dans cette affaire ont en effet interjeté appel de la décision rendue par le tribunal de première instance de première classe de Cotonou.

Circulant depuis peu sous forme de rumeur, l’information de l’injection d’appel par les conseils des mis en cause a été confirmée dans la matinée de lundi 28 novembre 2016 par Me Générick Ahouangonou, membre du collège d’avocats des inculpés.

Cette action judiciaire des avocats de la défense, selon Me Ahouangonou, invité sur le plateau de l’émission « 100% Bénin » de la chaîne panafricaine Sikka Tv, se justifie par un certain nombre de biais constatés dans la procédure ayant conduit à l’inculpation de leurs clients. Entre autres biais, la non notification aux mis en cause des faits qui leur sont reprochés.

« Le mercredi (jour de la présentation des personnes interpellées devant le juge), de 10 heures à 18 heures, il était possible à aucun d’entre nous de dire avec précisions ce qui était reproché à nos clients », a confié l’avocat qui souligne qu’ils ont demandé en vain à lire les procès verbaux.

« C’est vers 18 heures que le juge d’instruction a été saisi et le cirque que je dis judiciaire a commencé », a poursuivi Me Ahouangonou qui explique qu’au lieu d’une notification en bonne et due forme des charges, c’est plutôt à une « distribution des infractions » qu’ils ont assistée. Car, explique-t-il, les « mêmes faits ont donné lieu à moult infractions ». Et cela, souligne Me Ahouangonou, « ça pose déjà problème ». Outre ce « problème », l’homme à la toge estime que devant le juge des libertés et de la détention, les dossiers ont purement et simplement été « liquidés ».

« Nous n’avons pas eu les marges qu’il faut. Nous n’avons pas eu les PV (procès verbaux). Nous ne savions même pas quand nous étions devant le juge des libertés, ce qu’on reprochait à nos clients », a insisté l’avocat qui souligne que d’ordinaire « on a accès aux PV, nous sommes conviés à un petit débat contradictoire devant le juge de l’information avant d’aller devant le juge des libertés ».

Me Générick Ahouangonou pour qui ce qui s’est passé est simplement de la « sorcellerie judiciaire, la magie », il semblerait que « les consignes avaient été déjà données ». Car, détaille-t-il, devant le juge des libertés, ses clients étaient condamnés d’avance. A l’en croire, devant cette dernière autorité judiciaire, le Procureur s’était adressé aux mis en cause en ces termes : « vous, vous devez deux milliards FCFA à l’Etat béninois, vous payez un milliard FCFA ou vous allez en prison ». C’est donc, assure-t-il, ce qui a contraint leurs clients à payer et non parce qu’ils reconnaissaient les faits  mis à leur charge. Aussi, l’avocat a-t-il dénoncé une procédure à double vitesse. Selon lui, toutes les personnes travaillant sur la chaîne pendant la période identifiée par l’audit n’ont pas été écoutées.