«Seule une force internationale sous mandat de l’Onu qui peut sauver le Mali » dixit Moïse kérékou

Il fût l’un des premiers à prédire que la guerre au Mali sera longue et difficile à gérer. Quelques jours après l’offensive française dans ce pays, Moïse Kérékou, spécialiste des relations internationales revient ici sur cette crise. Selon lui, la solution militaire, telle que souhaitée par le Président Boni Yayi, est la meilleure option pour éradiquer cette crise.  

 Nouvelle Tribune: Moïse KEREKOU, ces derniers jours la France est passée à une offensive militaire au Mali ; quelles sont vos impressions à chaud ?

MK : Depuis 10 mois, le Mali est secoué par une crise qui a mis à rude épreuve sa démocratie et sa stabilité politique. Le model démocratique malien, jadis admiré, a du jour au lendemain volé en éclat sous l’assaut des groupes islamistes, armés et terroristes. Le pays est divisé en deux, les populations du nord Mali vivent une situation infernale sous un régime embryonnaire totalitaire qui a imposé la Charia et a procédé à la destruction systématique de tout l’héritage culturel du vaillant peuple malien.  Pour nous africain, c’est une honte d’assister impuissant à une telle invasion, une telle bavure digne de l’époque coloniale. L’inaction des forces militaires régionales et continentales n’a fait que renforcer ces groupes terroristes dotés d’un arsenal militaire lourd issu du pillage des casernes du Colonel Ghadaffi lors de la crise libyenne.  Pourtant certains chefs d’Etat dont notamment le Président en exercice de l’Union  africaine, le Dr Boni Yayi, Président de la République du Benin avait dès l’aube de la crise, anticipé sur la contamination régionale de ce fléau et a appelé de tous ses vœux à une intervention militaire pour circonscrire le mal et l’éradiquer définitivement. L’histoire lui donne raison aujourd’hui. Car au lieu d’une intervention radicale militaire on a préféré la voie du dialogue, on a négocié avec des terroristes en bravant les règles élémentaires en management de conflit. L’une des premières règles quand la partie en face est une organisation terroriste est qu’il ne faut pas négocier. Ces gens sans foi, ni loi ne comprennent qu’un seul langage, celui de la force brutale. Le mot « paix » n’existe pas dans leur vocabulaire. Et c’est ce langage que la France depuis vendredi passé a conjugué avec des raids aériens, des frappes sporadiques et chirurgicales qui ont fait selon la presse internationale une centaine de mort dans le camp des groupes terroristes. C’est donc avec un soulagement incommensurable et une joie pure que j’accueille, je salue et que je supporte l’intervention militaire de la France au Mali. Cette intervention militaire est légitime, elle est juste et elle est bonne.  On aime à la voir à nos côtés, la France de Napoléon, la France de Louis XIV, la France de De Gaulle en ces moments critiques. Je voudrais également saluer le leadership, la détermination et le courage du Dr Boni Yayi, Président en exercice de l’Union africaine, Président de la République du Bénin ; à qui l’histoire donne raison. On aurait procédé depuis longtemps à cette intervention armée qu’on n’en serait pas là aujourd’hui. Yayi Boni avait vu juste, l’intervention militaire était inéluctable.

NT : Pensez-vous que quelques frappes réduiront à néant les terroristes et permettront de recouvrer l’intégrité territoriale du Mali ?

Non, mais ceci n’est qu’un prélude à une vaste offensive armée. La crise malienne est devenue, avec l’apparition des groupes terroristes, une crise internationale. Les groupes terroristes sont des acteurs transnationaux qui n’ont ni un territoire, ni une armée conventionnelle. Et depuis les attaques du 11 septembre 2001, la réponse contre le terrorisme international est la force internationale. Aux grands maux, les grands remèdes. Dans une telle guerre qui oppose une ou des armées régulières avec des groupes qui n’ont pas de visage et qui ne craignent pas la mort au nom d’une foi, il faut faire extrêmement attention.  Les groupes intervenant au nord du Mali sont lourdement armés, disposent de moyens financiers, de l’argent frais généré par les produits de contrebande et les trafics de tout genre opérés dans le désert. Ils ont aussi un réseau insoupçonnable de relations dans les milieux politiques, financiers et religieux. Cependant si hier, le rapport de force était en leur faveur, aujourd’hui avec l’entrée de la France en jeu, le rapport de force va en la faveur des forces alliées. Car la France, 5ième puissance mondiale, alliée des Etats-Unis, membre de l’OTAN et membre du Conseil de Sécurité des Nations Unies dispose d’une armée forte, d’une capacité logistiques extraordinaire et a les moyens à elle seule, si elle le veut bien évidemment, de mettre fin à cette injustice au nord du Mali. Elle devra compter non seulement sur ses alliés de l’OTAN, mais aussi des forces africaines dont je salue les mérites et qui ont montré leur preuve sur plusieurs théâtres de guerre et d’opérations de maintien de la paix. C’est avec satisfaction que je constate que le Niger, le Nigéria, le Sénégal ont approuvé l’envoi chacun en ce qui les concerne un bataillon de 500 hommes pour appuyer l’armée régulière malienne. Le Bénin n’est pas resté en marge de ce déploiement prévu de 3.300 hommes ; en effet le contingent béninois fort de 650 hommes de l’infanterie et de la gendarmerie viendra en appui à celui du Togo pour débouter une fois de bon ces terroristes et libérer le peuple malien du joug de la domination des extrémistes. Hier, sur instruction du Président de la République, dès son retour d’Abidjan, c’est un contingent entier de 500 hommes qui sera envoyé, selon les dires du Chef d’Etat Major des Armées, le Contre-Amiral Denis Hounsou GBESSEMEHLAN. On ne peut que rester en prière et saluer le courage de nos forces armées qui ont accumulé depuis un moment des expériences de tout genre à travers non seulement les diverses opérations de maintien de paix, notamment en Côte d’ivoire et au Congo, mais aussi les manœuvres de simulation effectuées sous la supervision des coopérants français et belges. C’est l’occasion de montrer effectivement ce dont nos forces armées sont capables en situation de combat réel. Le Bénin, voisin éloigné du Mali, occupant la présidence de l’Union africaine ne saurait rester indifférent à la vaste opération militaire de libération du Mali. Le conflit dépasse les frontières nationales du Mali, régionales de la CEDEAO et continentales de l’Afrique. Du fait de l’implication terrorisme international et du fait qu’on signale la présence à côté d’Ansar Dyne et du Mujao, de AQMI, c’est-a-dire d’Al Qaida, ce conflit revêt automatiquement une dimension internationale et seule une force internationale mise en place par la communauté internationale et dotée d’un mandat précis et clair du Conseil de Sécurité de l’ONU peut permettre au Mali de reconquérir son territoire et sa souveraineté.

NT : Vous avez parlé de forces armées africaines, ne pouvaient-elles pas mettre fin à cette guerre à elles seules ?

MK : Bien que j’apprécie le mérite de nos forces armées africaines qui ont capitalisé beaucoup d’expériences vécues à travers les opérations de maintien de la paix sur le Continent, il faut aussi reconnaitre qu’elles ne sont pas suffisamment préparées non seulement pour cette nouvelle forme de guerre – la guerre contre le terrorisme - mais aussi sur ce nouveau terrain inconnu et aussi vaste que le désert. Les forces africaines seules ne pourraient venir à bout des groupes surarmés du nord Mali. Une chose est de vouloir aller en guerre ; une autre est de pouvoir aller en guerre. Et quand il s’agit d’une guerre en bonne et due forme, le vouloir ne peut jamais remplacer le pouvoir. Nos forces armées peuvent-elles prétendre mener seules cette guerre, sans le soutien de la communauté internationale ? Je dois y répondre par un non catégorique. Nos forces armées respectives sont toujours en construction, elles disposent d’un budget annuel de défense faible qui permet de payer juste les soldes et de réaliser à peine quelques dépenses d’équipement mineures par ailleurs. A cela, il faut ajouter une logistique défaillante, un renseignement négligé, une mauvaise organisation et dans certains pays dont je me garderai de citer les noms une corruption endémique, un commandement incompétent et un moral à zéro de la troupe. Toutes ces insuffisances ne sont pas de nature à envisager le déploiement d’une force composée uniquement de troupes africaines. Ici, on ne peut se passer du soutien de la communauté internationale. Si les raids aériens français continuent à frapper l’ennemi jusqu’à ses derniers retranchements, si les Etats-Unis acceptent de mettre à contribution leurs fameux drones militaires qui ont fait leur preuve en Afghanistan et au Pakistan, si l’Algérie et la Mauritanie s’engagent aux côtés des forces africaines et si les troupes au sol disposent d’un commandement organisé, unifié et cohérent, il y a de fortes chances que cette guerre prenne fin rapidement dans les semaines à venir. Last but not least, et c’est à ce niveau que se situe mon inquiétude car toute guerre a un coût. Au Mali, qui supportera le coût de la guerre ?

NT : Votre mot de fin.

MK : Je ne saurais finir sans saluer une fois encore la détermination et le leadership du Président Yayi Boni qui visiblement tient à mettre un terme à cette crise malienne avant la fin de son mandat à la tête de l’Union africaine. C’est certainement l’une des raisons qui justifie l’offensive diplomatique qu’il mène depuis le début de la crise pour mobiliser la communauté internationale autour du conflit au Mali. Cela est tout à son actif. Je voudrais aussi saluer et encourager les 500 soldats béninois qui vont s’engager au Mali. Nous sommes de cœur avec eux car cette guerre est nécessaire, elle est bonne, elle est légitime et elle est juste. 

avatar
Je vous comprend,tout le monde sait que la France va pour ses intérèts
VOTES:0
avatar
@HAMBAL<br />Entre nous Hambal quand on dit que :''Le Président Yayi Boni visiblement tient à mettre un terme à cette crise malienne avant la fin de son mandat à la tête de l’Union africaine.''; c'est qu'on nous prend pour des buses.<br />Peut être que François Hollande dans cette guerre joue le rôle de porteur d'eau n'est ce pas ?
VOTES:0
avatar
Permettez que nous nous rafraîchissons la mémoire,quand il s'est agit de l'intervention française en Lybie,Moise KEREKOU avait fustigé cela,et a salué la mémoire de Kaddafi suite à son assassinat ! Qu'il vienne soutenir aujourd'hui l'intervention française au Mali à l'actif de Yayi Boni est une preuve de sa probité intellectuelle.Et quand on parle des relations internationnales,Moise a fait des études dans ce sens,et allez sur le site amazone pour voir ses deux ouvrages sur l'union africaine,ouvrage pour lesquels le gabonnais jean ping ex président de la commission de l'ua lui a adressé les félicitations.Combien de nos diplomates proprement dit ont pu sortir des ouvrages sur l'ua en faisant des propositions concrètes aux problèmes auquels elle fait face. Retournez sur l'ortb en suivant le débat sur la syrie,et analyser de nouveau les opinions de Moise.Pour les relations,on n'a pas forcément besoin de relations pour ètre ambassadeur
VOTES:0
Il a certainement des valeurs, mais son nom lui ouvre plus de porte que que ces valeurs qui restent à prouver!!!<br />Car être ambassadeur à 33 ans au Bénin n'est pas courant!!!
VOTES:0
Il a certainement des valeurs, mais son nom lui ouvre plus de porte que que ces valeurs qui restent à prouver!!!<br />Car être ambassadeur à 33 ans au Bénin n'est pas courant!!!
VOTES:0
avatar
n'est pas nommé au poste d'ambassadeur qui veut mais qui peut.. moi je dirai n'est pas nommé au poste d'ambassadeur qui veut, mais qui a des relations! lool sans rancune mon cher moïse
VOTES:0
avatar
Je remercie les uns et les autres pour leurs commentaires et leurs contributions.
VOTES:0
avatar
Avoir des valeurs n'exclut pas de faire des erreurs d'appréciation ou de dire des bétises, dire par exemple que les français sont au Mali parce que YB l'a demandé en est une...
VOTES:0
avatar
Je salue les opinions de son excellence face à l'intervention française au Mali,c'est un spécialiste des relations internationales qui parle.N'est pas nommé au poste d'ambassadeur à 33ans qui veut,mais qui peut et qui a des expériences.Je pense qu'il ne faut pas critiquer juste pour critiquer parce que on est hanté par la haine,allez fouiller sur Moise KEREKOU et vous découvrirez que c'est un garçon qui a des valeurs
VOTES:0
Nous rappelons à l'internaute Monique psy qu'il est interdit de recopier le même commentaire sur plusieurs articles, qu'un commentaire posté doit concerner l'article.
VOTES:0
JE CONFIRME ET RAJOUTE QUE YAYI BONI A Conseillé et SOUTENU ce Même GBAGBO à TENIR TÊTE à Blaise COMPAORE et ne pas CÉDER LE POUVOIR. ET NOUS AVONS EU LE DÉROULEMENT CATASTROPHIQUE PAR LA SUITE. Philosis (N'ayons pas la Mémoire Courte, quand cela nous ARRANGE).
VOTES:0
avatar
qui vivra verra jeudi 24 janvier 2013
n'est ce pas lui qui a été nommé ambassadeur du bénin près la turquie? ou c'est un autre kérékou?
VOTES:0
avatar
Attaquez vous aux idées et non à la personne. c'est ce qui nous fait reculer au Bénin encore.
VOTES:0
avatar
WGACTU, quelles sont ces valeurs que vous connaissez, c'est un *** et une mauvaise personne aveuglée par l'argent
VOTES:0
Moïse, vous êtes plus blindé que moi face à la béninoiserie.<br />Le régionalisme les aveugle. Du courage, moi je connais vos valeurs.
VOTES:0
Le Ramirez de service ne dit toujours rien....remarque. Il switch sur son autre serveur, pardon pseudo:(
VOTES:0
avatar
Je ne suis pas spécialiste des relations internationales; mais dire des conneries comme exprimées ici dans cette interview me laisse pantois. Heureusement que le ridicule ne tue pas.
VOTES:0
avatar
Quelles études internationales il a faites? Il crie parce qu'il pense un jour pouvoir être président mais il se trompe
VOTES:0
avatar
toi encore ici? Non mais ce type est complètement *****
VOTES:0
avatar
... L'une de celles-ci était de voir revenir ceux qui nous auraient coupé avec notre accord le cordon ombilical sachant pertinemment que nous n'irons pas loin, cinquante ans après nous y voilà, incapables de régler nos problèmes, de nous développer malgré nos richesses colossales, d'assumer notre souveraineté, encore moins de parler d'une même voix. Pourquoi voudriez-vous que la France laisse l'enjeu intéressant que nous sommes devenus une fois la crise apaisée. Ce n'est pas en tout cas, moi qui me plaindrai de la voir revenir.
VOTES:0
avatar
C'est quand même assez ignorant et à la fois imprudent d'affirmer que la France est intervenue à cause de l'influence de YB.<br />Si vous croyez que les français sont là pour les beaux yeux de YB, des maliens et africains que nous sommes, vous vous mettez le doigt dans l'œil jusqu'au coude. Un sol aussi bourré de pétrole, bauxite, uranium, or et autres minerais ne peut être laissé à l'appétit vorace de la chine et autres puissances à l'affût de l'ouest africain. Si personne ne voit là comme un retour subtil de la France en Afrique, il faudra prendre rapidement des cours de géopolitique. <br />Quand bien même elle reviendrait cela ne pourra pas nous faire plus de mal que nous nous en avons fait nous mêmes. Et après tout, n'avions nous pas opté pour l'indépendance avec ses conséquences?...
VOTES:0
avatar
S'IL EXISTE ENCORE DES STUPIDITES DU DERNIER 13 E SIECLE , JE PENSE QU'IL FAUT LES RECOLTER DANS CE FORUM :D:D:D DIRE QUE LA FRANCE EST INTERVENUE A CAUSE DE L'INFLUENCE DE YAYI ET DE SA NEGOCIATION MONTRE A QUEL POINT CERTAINS BENINOIS TAPIS A COTONOU ET NON A L'ETRANGER SONT PARMIS LES INTELLECTUELS TAR..................DE KEREKOU LE KAMELEON !<br />L'INTERVIEW DE MOISE KEREKOU EST UNE HONTE FACE A L'URGENCE .<br />ET LE PIRE DANS CETTE BASSESSE INTELLECTUELLE , C'EST CAUTIONNER ET IMPUDIQUEMENT DECLARER QUE : CET INTERVIEW EST EMOUVANT ET REPUBLICAIN ! LACHETE , QUAND TU NOUS TIENS !:):):)<br />JE ME DEMANDE QUAND EST - CE QUE LA GRENOUILLE COMMENCE PAR MANGER DU WANGHACHI ???:p:p:p<br />AU MOMENT OU LE TOGO , LE NIGER , LE NIGERIA SANS PARLER DU TCHAD A PLUS DE 1500 KM INTERVIENNENT DEJA SUR LE TERRAIN , AU BENIN , NOUS NOUS LEURRONS ET SE DISCREDITONS DANS DES INTERVIEW HONTEUX .
VOTES:0
avatar
n'importe quoi? Les français sont intervenus parce que yayi a demandé? Non mais qu'est ce qu'il faut pas entendre!
VOTES:0
 Dans le consensus  Yayi Boni a eu de l’entregent,  il a eu la capacité d’influencer, de négocier, d'établir des relations et de gérer le schéma du changement à intervenir au Mali. Sa  force dans la résolution  et son style de travail collaboratif lui ont permis  d'accomplir une présidence exemplaire de l'UA.<br />Je me réjouis d'entendre Moïse apporter ce témoignage émouvant et républicain.
VOTES:0
avatar
Non, plutôt Moïse Kérékou expert polémologue de son etat le Benin en passe d'offrir ces services à l'ONU:D:D:D.<br />Décidément on aura tout vu et tout entendu au Benin.<br />Remarquez, le général Togolais Tidjani (Paix à son âme) de son vivant avait par le biais de son ami Blaise COMPAORE monayé ses services dans la formation des FRCI contre le régime du président GBAGBO!..<br /><br />Bonne journée
VOTES:0
avatar
Il se prepare pour la presidentiel mais une chose -Mathieu n'a jamais eté au front comme les, Allé,Soglo,desouza
VOTES:0
avatar
ah ça!!!!!!
VOTES:0
avatar
Moise Kerekou expert en guerre Onusienne le monde va vite au Benin :)
VOTES:0
avatar
Je vous comprend,tout le monde sait que la France va pour ses intérèts
VOTES:0
avatar
@HAMBAL
Entre nous Hambal quand on dit que :''Le Président Yayi Boni visiblement tient à mettre un terme à cette crise malienne avant la fin de son mandat à la tête de l’Union africaine.''; c'est qu'on nous prend pour des buses.
Peut être que François Hollande dans cette guerre joue le rôle de porteur d'eau n'est ce pas ?
VOTES:0
avatar
Permettez que nous nous rafraîchissons la mémoire,quand il s'est agit de l'intervention française en Lybie,Moise KEREKOU avait fustigé cela,et a salué la mémoire de Kaddafi suite à son assassinat ! Qu'il vienne soutenir aujourd'hui l'intervention française au Mali à l'actif de Yayi Boni est une preuve de sa probité intellectuelle.Et quand on parle des relations internationnales,Moise a fait des études dans ce sens,et allez sur le site amazone pour voir ses deux ouvrages sur l'union africaine,ouvrage pour lesquels le gabonnais jean ping ex président de la commission de l'ua lui a adressé les félicitations.Combien de nos diplomates proprement dit ont pu sortir des ouvrages sur l'ua en faisant des propositions concrètes aux problèmes auquels elle fait face. Retournez sur l'ortb en suivant le débat sur la syrie,et analyser de nouveau les opinions de Moise.Pour les relations,on n'a pas forcément besoin de relations pour ètre ambassadeur
VOTES:0
Il a certainement des valeurs, mais son nom lui ouvre plus de porte que que ces valeurs qui restent à prouver!!!
Car être ambassadeur à 33 ans au Bénin n'est pas courant!!!
VOTES:0
avatar
Je remercie les uns et les autres pour leurs commentaires et leurs contributions.
VOTES:0
avatar
Je salue les opinions de son excellence face à l'intervention française au Mali,c'est un spécialiste des relations internationales qui parle.N'est pas nommé au poste d'ambassadeur à 33ans qui veut,mais qui peut et qui a des expériences.Je pense qu'il ne faut pas critiquer juste pour critiquer parce que on est hanté par la haine,allez fouiller sur Moise KEREKOU et vous découvrirez que c'est un garçon qui a des valeurs
VOTES:0
avatar
Avoir des valeurs n'exclut pas de faire des erreurs d'appréciation ou de dire des bétises, dire par exemple que les français sont au Mali parce que YB l'a demandé en est une...
VOTES:0
avatar
n'est pas nommé au poste d'ambassadeur qui veut mais qui peut.. moi je dirai n'est pas nommé au poste d'ambassadeur qui veut, mais qui a des relations! lool sans rancune mon cher moïse
VOTES:0
Il a certainement des valeurs, mais son nom lui ouvre plus de porte que que ces valeurs qui restent à prouver!!!
Car être ambassadeur à 33 ans au Bénin n'est pas courant!!!
VOTES:0
Nous rappelons à l'internaute Monique psy qu'il est interdit de recopier le même commentaire sur plusieurs articles, qu'un commentaire posté doit concerner l'article.
VOTES:0
avatar
qui vivra verra jeudi 24 janvier 2013
n'est ce pas lui qui a été nommé ambassadeur du bénin près la turquie? ou c'est un autre kérékou?
VOTES:0
avatar
Attaquez vous aux idées et non à la personne. c'est ce qui nous fait reculer au Bénin encore.
VOTES:0
Moïse, vous êtes plus blindé que moi face à la béninoiserie.
Le régionalisme les aveugle. Du courage, moi je connais vos valeurs.
VOTES:0
avatar
WGACTU, quelles sont ces valeurs que vous connaissez, c'est un *** et une mauvaise personne aveuglée par l'argent
VOTES:0
avatar
Je ne suis pas spécialiste des relations internationales; mais dire des conneries comme exprimées ici dans cette interview me laisse pantois. Heureusement que le ridicule ne tue pas.
VOTES:0
avatar
Quelles études internationales il a faites? Il crie parce qu'il pense un jour pouvoir être président mais il se trompe
VOTES:0
avatar
... L'une de celles-ci était de voir revenir ceux qui nous auraient coupé avec notre accord le cordon ombilical sachant pertinemment que nous n'irons pas loin, cinquante ans après nous y voilà, incapables de régler nos problèmes, de nous développer malgré nos richesses colossales, d'assumer notre souveraineté, encore moins de parler d'une même voix. Pourquoi voudriez-vous que la France laisse l'enjeu intéressant que nous sommes devenus une fois la crise apaisée. Ce n'est pas en tout cas, moi qui me plaindrai de la voir revenir.
VOTES:0
avatar
C'est quand même assez ignorant et à la fois imprudent d'affirmer que la France est intervenue à cause de l'influence de YB.
Si vous croyez que les français sont là pour les beaux yeux de YB, des maliens et africains que nous sommes, vous vous mettez le doigt dans l'œil jusqu'au coude. Un sol aussi bourré de pétrole, bauxite, uranium, or et autres minerais ne peut être laissé à l'appétit vorace de la chine et autres puissances à l'affût de l'ouest africain. Si personne ne voit là comme un retour subtil de la France en Afrique, il faudra prendre rapidement des cours de géopolitique.
Quand bien même elle reviendrait cela ne pourra pas nous faire plus de mal que nous nous en avons fait nous mêmes. Et après tout, n'avions nous pas opté pour l'indépendance avec ses conséquences?...
VOTES:0
avatar
S'IL EXISTE ENCORE DES STUPIDITES DU DERNIER 13 E SIECLE , JE PENSE QU'IL FAUT LES RECOLTER DANS CE FORUM :D:D:D DIRE QUE LA FRANCE EST INTERVENUE A CAUSE DE L'INFLUENCE DE YAYI ET DE SA NEGOCIATION MONTRE A QUEL POINT CERTAINS BENINOIS TAPIS A COTONOU ET NON A L'ETRANGER SONT PARMIS LES INTELLECTUELS TAR..................DE KEREKOU LE KAMELEON !
L'INTERVIEW DE MOISE KEREKOU EST UNE HONTE FACE A L'URGENCE .
ET LE PIRE DANS CETTE BASSESSE INTELLECTUELLE , C'EST CAUTIONNER ET IMPUDIQUEMENT DECLARER QUE : CET INTERVIEW EST EMOUVANT ET REPUBLICAIN ! LACHETE , QUAND TU NOUS TIENS !:):):)
JE ME DEMANDE QUAND EST - CE QUE LA GRENOUILLE COMMENCE PAR MANGER DU WANGHACHI ???:p:p:p
AU MOMENT OU LE TOGO , LE NIGER , LE NIGERIA SANS PARLER DU TCHAD A PLUS DE 1500 KM INTERVIENNENT DEJA SUR LE TERRAIN , AU BENIN , NOUS NOUS LEURRONS ET SE DISCREDITONS DANS DES INTERVIEW HONTEUX .
VOTES:0
 Dans le consensus  Yayi Boni a eu de l’entregent,  il a eu la capacité d’influencer, de négocier, d'établir des relations et de gérer le schéma du changement à intervenir au Mali. Sa  force dans la résolution  et son style de travail collaboratif lui ont permis  d'accomplir une présidence exemplaire de l'UA.
Je me réjouis d'entendre Moïse apporter ce témoignage émouvant et républicain.
VOTES:0
avatar
n'importe quoi? Les français sont intervenus parce que yayi a demandé? Non mais qu'est ce qu'il faut pas entendre!
VOTES:0
avatar
toi encore ici? Non mais ce type est complètement *****
VOTES:0
Le Ramirez de service ne dit toujours rien....remarque. Il switch sur son autre serveur, pardon pseudo:(
VOTES:0
avatar
Il se prepare pour la presidentiel mais une chose -Mathieu n'a jamais eté au front comme les, Allé,Soglo,desouza
VOTES:0
avatar
Moise Kerekou expert en guerre Onusienne le monde va vite au Benin :)
VOTES:0
avatar
ah ça!!!!!!
VOTES:0
avatar
Non, plutôt Moïse Kérékou expert polémologue de son etat le Benin en passe d'offrir ces services à l'ONU:D:D:D.
Décidément on aura tout vu et tout entendu au Benin.
Remarquez, le général Togolais Tidjani (Paix à son âme) de son vivant avait par le biais de son ami Blaise COMPAORE monayé ses services dans la formation des FRCI contre le régime du président GBAGBO!..

Bonne journée
VOTES:0
JE CONFIRME ET RAJOUTE QUE YAYI BONI A Conseillé et SOUTENU ce Même GBAGBO à TENIR TÊTE à Blaise COMPAORE et ne pas CÉDER LE POUVOIR. ET NOUS AVONS EU LE DÉROULEMENT CATASTROPHIQUE PAR LA SUITE. Philosis (N'ayons pas la Mémoire Courte, quand cela nous ARRANGE).
VOTES:0